Article Développement économique de l’Asie

Le rôle de la technologie dans la croissance rapide de l’Asie

Perspectives Singapour,
partager

Par Anita Marangoly George
Première vice-présidente, Partenariats stratégiques – Marchés en croissance 
CDPQ India 

Ces dernières années, la croissance mondiale a été portée par le développement économique rapide de l’Asie, plus particulièrement de la Chine et de l’Inde. En effet, la Chine est sur le point de surpasser les États-Unis pour devenir la plus grande économie du monde, et l’Inde devrait devenir la troisième économie en importance d’ici 2025. 

À court terme, l’Asie devra toutefois apaiser les tensions commerciales mondiales, puisqu’un affrontement entre la Chine et les États-Unis pourrait façonner le contexte mondial pendant plusieurs années. Dans la guerre commerciale actuelle, les deux pays adoptent des stratégies très différentes. La Chine gagne plusieurs alliés grâce à son initiative dite de « La Ceinture et la Route » de même qu’à ses efforts sur le plan diplomatique, tandis que les États-Unis se concentrent davantage sur leurs affaires intérieures avec la politique dite de « L’Amérique d’abord ». 

Un nouvel ordre mondial se dessine. 

Ces changements géopolitiques auront une influence sur les tendances économiques et politiques à travers le monde. En outre, la croissance des économies asiatiques déplacera le centre de gravité économique de l’Ouest vers l’Est au cours des dix prochaines années. Cette croissance à la fois forte et constante stimulera également l’entrepreneuriat et améliorera les conditions de vie dans les pays asiatiques. Par ailleurs, le développement économique de l’Asie sera propulsé par la numérisation, qui permet aux entreprises d’exercer leurs activités à grande échelle et améliore la prestation des services. 

L’Asie semble bien positionnée pour tirer parti de la technologie. L’atout dans son jeu? Une population nombreuse, de plus en plus habile avec les technologies numériques. Partout dans la région, la nouvelle génération (plus de 65 % de la population indienne a moins de 35 ans) adopte de plus en plus ces technologies, accélérant un processus de numérisation qui aura un impact énorme dans les dix prochaines années. 

Les secteurs traditionnels connaissent des avancées, mais ce sont les secteurs de la nouvelle économie (la téléphonie mobile, l’intelligence artificielle, les services analytiques, l’apprentissage automatique et l’impression 3D) qui s’implantent et prennent leur essor en utilisant les données des consommateurs à grande échelle, redéfinissant du coup leurs activités. Cet environnement favorise l’entrepreneuriat et l’innovation à un niveau jamais vu auparavant. En effet, l’Inde compte maintenant le troisième plus grand nombre d’entreprises en démarrage dans le monde. Ces jeunes pousses sont en train de transformer plusieurs pays asiatiques à travers la formalisation de leur économie. La grande question est de savoir si les entreprises en démarrage et les PME pourront créer suffisamment d’emplois pour absorber la dizaine de millions de personnes qui arrivent sur le marché du travail chaque année.

Le lancement d’« Aadhar », le plus important système d’identification biométrique numérique du monde, qui compte plus d’un milliard d’usagers, jumelé à près de 1,21 milliard de connexions mobiles, 582 millions de comptes bancaires, 462 millions d’utilisateurs d’Internet et 375 millions de téléphones intelligents, a créé ce qu’on appelle « India Stack ». Cette infrastructure numérique offre des avantages directs, notamment du côté de l’éducation et de l’accès aux soins de santé. Elle fait de l’Inde le deuxième plus grand marché de téléphones intelligents au monde et le plus important consommateur de données mobiles. 

Des défis qui stimulent l’innovation

La numérisation en Inde et en Chine – où un modèle différent est utilisé – aura plusieurs impacts positifs sur l’économie, la façon de faire des affaires, la société et la politique. Elle pose toutefois des défis. Les centres d’appels, les entreprises de télécommunications et les sociétés d’externalisation ont été durement touchés. Ils sont forcés de se réinventer, développant par le fait même davantage d’agilité et d’adaptabilité, et réorientant leurs employés en leur offrant de nouvelles formations. Grâce aux technologies infonuagiques, il est possible de travailler à distance et en temps réel, ce qui permet d’effectuer du travail de haute qualité partout dans le monde, et donc d’augmenter la productivité.

Le secteur des technologies vertes innove également, la Chine et l’Inde prenant les devants à l’échelle mondiale en matière de production d’énergie éolienne et solaire. À mesure que ces pays poursuivent leur croissance, ils doivent trouver un équilibre entre leurs besoins en énergie et le besoin d’énergie plus propre. On pourrait soutenir qu’il n’existe pas d’autre choix que de trouver des solutions de rechange aux sources d’énergie traditionnelles, puisque la Chine et l’Inde font face à d’importants enjeux environnementaux et dépendent encore lourdement du charbon. Chose certaine, la transition vers l’énergie verte apportera son lot de défis. Notamment, l’Inde devra améliorer ses réseaux de transmission d’énergie et mettre en place des systèmes de transport en commun sobres en carbone. La Chine, quant à elle, s’est lancée dans un vaste effort de nettoyage visant à compenser les effets de l’industrialisation rapide des 25 dernières années.

L’énorme investissement en infrastructures nécessaire en Asie représente une autre tendance à surveiller. L’urbanisation y est en plein essor, et la population demande de plus en plus d’être connectée et mobile, ce qui sera assurément un facteur de croissance important dans les années à venir. L’Inde et la Chine ont par ailleurs toutes deux annoncé leur intention de ne fabriquer et vendre que des véhicules électriques d’ici les 25 à 30 prochaines années. 

La région du monde à la plus forte émission de carbone deviendra-t-elle le chef de file des technologies vertes? Une avenue plus propre en matière de développement économique se profile déjà en Asie, ce qui démontre tout le potentiel de la région pour agir comme moteur de la croissance économique mondiale pour les décennies à venir.

false
false
false
partager