Article Student Transportation

Trois facteurs qui ont fait de Student Transportation le 3e joueur du transport scolaire en Amérique du Nord

Perspectives Montréal,
partager

En un peu plus de 25 ans, Student Transportation of America (STA) est passée d’une petite compagnie d’autobus scolaires du New Jersey au numéro 3 du transport d’écoliers en Amérique du Nord. Avec 21 000 véhicules dans 23 États, cinq provinces et un territoire, et divers projets de croissance, l’entreprise a le vent dans les voiles. Dans l’électrification de sa flotte de véhicules, elle travaille notamment aux côtés de la québécoise Lion Électrique. Voici trois clés du succès de cette société dans laquelle la CDPQ a investi pour la première fois en 2004.

Une passion pour le transport scolaire

Chaque jour, 1,5 million d’enfants canadiens et américains montent à bord d’un autobus aux couleurs de Student Transportation pour se rendre à l’école. Le secteur est dominé en Amérique du Nord par trois principaux joueurs, auxquels s’ajoute une kyrielle de petits opérateurs locaux.

La particularité de STA : sa spécialisation dans le transport scolaire dès sa création en 1997, alors que d’autres transporteurs sont présents dans une multitude de segments du marché.

« En se consacrant principalement au segment du transport scolaire, STA détient un avantage concurrentiel important, en concentrant la majeure partie de son énergie sur le transport d’enfants », explique Frédéric Lesage, premier directeur, Infrastructures à la CDPQ. « C’est l’un des éléments qui a fait en sorte qu’on a décelé un fort potentiel de création de valeur au moment de notre premier investissement, il y a 18 ans. »

Des relations de confiance pour une croissance stratégique 

La CDPQ a développé au fil du temps une relation étroite avec l’équipe de STA, en l’appuyant et en l’accompagnant dans les différentes étapes de sa croissance, qu’il s’agisse de la privatisation de la compagnie en 2018, des nombreuses acquisitions qui ont suivi ou, tout récemment, de l’élaboration d’un nouveau plan stratégique.

Olivier Renaud
Olivier Renault
vice-président, Infrastructures — Amérique du Nord à la CDPQ

« Nous partageons les mêmes visions sur le plan de la création de valeur et du potentiel de croissance de l’entreprise. C’est l’une de nos premières sociétés en portefeuille en infrastructures dans laquelle nous avons joué un rôle de gestion active. Nous sommes fiers du travail accompli », ajoute Olivier Renault, vice-président, Infrastructures — Amérique du Nord à la CDPQ.

« Notre relation s’est renforcée avec le temps », poursuit Patrick Vaughan, chef de la direction de STA. « Ce soutien constitue un atout précieux. En plus de réinvestissements, nous bénéficions de l’expertise et du vaste réseau de partenaires de la CDPQ. Nous adhérons à des valeurs communes, tant sur la philosophie de gestion que sur la volonté de réduire notre empreinte écologique, ce qui a soutenu les efforts d’électrification de notre flotte », affirme-t-il.

Une vision entrepreneuriale durable et de proximité avec la communauté

La CDPQ a été séduite dès le départ par la vision entrepreneuriale de long terme de STA. Au fil des années, l’entreprise a connu une croissance organique importante grâce aux liens solides qu’elle a tissés avec ses parties prenantes. « STA est parvenue à croître en travaillant d’arrache-pied, en gagnant de nouveaux contrats de transport et en acquérant de petites entreprises de façon ciblée, tout en cultivant son engagement auprès des communautés locales », affirme Olivier Renault.

La conviction environnementale forte de STA et l’amélioration continue de sa flotte se trouvent au cœur de sa stratégie.

Son équipe, persuadée que l’avenir de la compagnie passe par la mobilité durable, s’est fixée des cibles précises en matière d’électrification de la flotte. « Surpassant les efforts de nos deux plus grands compétiteurs, nous visons un objectif d’électrification de 50 % des nouveaux autobus qui seront mis en service d’ici 2026.  C’est sans compter les quelques 3 000 véhicules au propane déjà en service et dont la teneur en carbone, plus faible que l'essence et le carburant diesel conventionnels, offre des avantages en matière d'émissions de gaz à effet de serre (GES) », soutient Patrick Vaughan.

Pour parvenir à atteindre ses cibles, en 2021, STA a passé une commande conditionnelle de 1 000 autobus électriques à Lion Électrique, le manufacturier québécois de véhicules lourds à zéro émission, laquelle est assujettie à l'obtention d’une subvention gouvernementale. Cette nouvelle relation d’affaires est le fruit d’un maillage créé par la CDPQ. « Si la commande de 1 000 autobus Lion se confirme, STA deviendra le plus important opérateur d’autobus scolaires zéro-émission en Amérique du Nord », souligne Isabelle Adjahi, vice-présidente, Relations avec les investisseurs et développement durable pour Lion Électrique. « C’est majeur. »

La livraison des véhicules devrait débuter au cours de l’année scolaire 2023 et se poursuivre jusqu’en 2026. Ces autobus électriques remplaceront ainsi les véhicules diesel existants au sein de la flotte canadienne de STA, et contribueront également à l’atteinte des objectifs de décarbonation du portefeuille de la CDPQ. On estime que près de 23 000 tonnes de gaz à effet de serre par année seront ainsi éliminées.

Autobus Student Transportation of America (STA)
partager