Infolettre Point de vue

 
 

Diffusée chaque trimestre, l’infolettre Point de vue a pour but d’informer la communauté d'affaires sur les initiatives de la Caisse au Québec. Vous trouverez ici-bas les contenus de notre toute dernière édition.

Abonnez-vous à l'infolettre

false
Entrepôt. Mains tiennent tablette.
false

Ancrée au Québec

Transformation numérique des entreprises : stratégique, pas seulement technologique

false
false
true

La transformation numérique des entreprises est devenue incontournable. La technologie s’intègre maintenant aux stratégies des entreprises, et celles qui souhaitent continuer de performer et de croître n’ont d’autres choix que de s’adapter. La firme de consultation américaine Innosight estime d’ailleurs que près du trois-quarts des entreprises du S&P 500 seront remplacées d’ici 2027.

Cette transformation, qui n’est pas que technologique, comporte également des enjeux de compétences, d’organisation et de culture. Et elle affecte les entreprises de toutes tailles dans tous les secteurs d’activités, pas uniquement celles dont les technologies sont au cœur du modèle d’affaires.

Périmètre du numérique

false
false
true
false
Figure. Périmètre du numérique.
true

Liste non exhaustive adaptée d’un schéma tiré de « L’avenir de l’euro : l’impact de l’économie numérique », Sociétal, n° 71 (mars 2011), p. 110 tiré du Plan d’action en économie numérique, gouvernement du Québec.

Quels impacts pour les entreprises canadiennes?

À l’heure actuelle, 60 % des compagnies canadiennes s’attendent à ce que l’économie numérique ait un impact majeur sur leur entreprise d’ici trois à cinq ans1, que ce soit au niveau de l’efficacité opérationnelle ou de la sophistication dans l’analyse des données. Et les consommateurs s’attendent à vivre une expérience transparente lorsqu’ils entrent en contact avec les entreprises, parce que les nouvelles technologies redéfinissent la façon dont nous interagissons avec tous les types d’organisations. Les effets seront donc majeurs tant du point de vue de la production des entreprises que des consommateurs.

false
false
true
false
Graphique avec chiffres. Aujourd'hui versus 3 à 5 ans,
false

Tendance du point de vue de la production
Selon une étude de la BDC, 3 % des PME manufacturières ont entièrement numérisé leur production alors que 42 % d’entre elles n’ont pas encore amorcé leur transformation numérique. Celles qui ont démarré leur transformation atteindraient 45 % au Québec, 44 % au Manitoba et en Saskatchewan, 39 % en Colombie-Britannique et en Ontario, 35 % en Alberta et 32 % dans les provinces atlantiques.

Tendance du point de vue du consommateur
En 2016, le CEFRIO évaluait les dépenses totales d’achats en ligne au Québec à 8,5 milliards de dollars, en progression de 6 % comparativement à 2015 et en croissance pour une troisième année consécutive. Une masse critique de Québécois a donc intégré le commerce électronique dans ses habitudes de consommation. Neuf adultes québécois sur dix consultent d’ailleurs Internet pour s’informer avant de faire un achat.

Les bénéfices et les freins à la transformation pour les entreprises

Les trois effets bénéfiques2 de la transformation numérique, agissent sur

  • l’agilité que cela procure pour les organisations
  • la productivité qui s’en voit améliorée
  • l’innovation.

Bien que ces bénéfices soient reconnus, les entreprises y voient tout de même des enjeux importants qui peuvent ralentir la mise en œuvre de leur stratégie.

Par exemple3 :

  • Les coûts qui y sont associés
  • La complexité de la technologie et de sa mise en œuvre dans les processus d’affaires
  • Les nouvelles compétences à développer chez les employés
  • Le besoin de revoir la façon dont les données sont analysées

Ces freins expliquent sans doute pourquoi seulement 17 % des entreprises canadiennes, tous secteurs confondus, ont implanté une stratégie numérique au sein de leur organisation à ce jour, leur permettant ainsi de se renouveler radicalement à l’intérieur même de leur entreprise plutôt que d’être mise à épreuve par des éléments extérieurs qu’ils ne peuvent contrôler.4

Perspectives d’avenir
Les changements de la transformation numérique se complexifieront et s’accéléreront au fil du temps. Ainsi :

  • Le marché mondial des mégadonnées est appelé à croître au rythme moyen de 25   par an d’ici 2020.5
  • Plus de deux milliards de consommateurs, soit 60 % de la population mondiale prévue, réaliseront 13,5 % de leurs achats en ligne d’ici trois ans.6
  • L’intelligence artificielle alimentera 95 % des interactions clients d'ici 2025.7

Les compagnies qui veulent demeurer compétitives ont tout intérêt à prendre le virage numérique, car malgré les défis qu’il pose, ses nombreux bénéfices en valent le coup.

false
false
true

1 Digital Transformation in Canadian Enterprise, Profound Change on the horizon, IDC Info doc et SAP Canada, Avril 2016.
2 A Quick Overview of Digital Transformation, Plasma, http://www.plasmacomp.com/blogs/quick-overview-of-digital-transformation
3 Digital Transformation in Canadian Enterprise, Profound Change on the horizon, IDC Info doc et SAP Canada, Avril 2016.
4 Quebec’s BRP a great example of how to get started on digital, Dany Ortachian, https://www.linkedin.com/pulse/quebecs-brp-great-example-how-get-started-digital-dany-ortchanian
5 Frost et Sullivan, Global Big Data Analytics Market : The Necessary Ingredient to Survive in a Hyper-connected Business Environment, juin 2014.
6 Cross-Border Ecommerce, Accenture, https://www.accenture.com/cn-en/insight-cross-border-ecommerce
7 AI Will Power 95% of Customer Interactions By 2025, Servion, Mars 2017, http://servion.com/blog/ai-will-power-95-customer-interactions-2025/

 

HAUT

false
false
false

 

#

true
false
true
false
Rue en Inde.
false

Regard sur le monde

L’Inde : un marché à fort potentiel

false
false
true

En 2016, la Caisse a ouvert un bureau à Delhi en Inde et y a nommé Anita Marangoly George au poste de directrice générale, Asie du Sud. Mme George joue depuis un rôle déterminant dans le développement et le suivi des investissements de la Caisse dans cette région du monde. En tant qu’ancienne haute dirigeante de la Banque mondiale et s’appuyant sur sa connaissance approfondie de la région, elle établit et entretient, avec son équipe, des relations avec des partenaires de premier plan pour appuyer les équipes d’investissements de la Caisse dans toutes les catégories d’actifs.

Avec sa solide feuille de route dans la gestion de portefeuilles d’investissements en infrastructures à l’échelle mondiale, plus précisément dans les secteurs de l’énergie, des mines, de l’eau, des transports et de la logistique, elle apporte une vision et une expertise de pointe à la Caisse.

Elle répond aujourd’hui à cinq questions sur l’Inde à l’intention des entreprises québécoises qui souhaiteraient s’établir sur ce marché.

  1. Selon vous, quels sont les trois secteurs les plus porteurs en Inde?
    Les infrastructures, les soins de santé, les services financiers et les services interentreprises tels que la logistique sont des secteurs qui présentent plusieurs occasions d’investissement en raison du potentiel inexploité, de la jeunesse de la population (qui stimulera la croissance), d’une classe moyenne ambitieuse et grandissante et de la situation politique relativement stable du pays.
  2. Les entrepreneurs canadiens devraient-ils considérer l’Inde comme un marché potentiel pour leurs exportations et, si oui, pourquoi?
    L’Inde a un fort appétit pour les produits de qualité qui contribuent à accroître le niveau de vie de sa population. Il y a donc beaucoup d’opportunités pour l’exportation de biens en Inde. L’Inde fait verdir son économie au moyen d’énergies renouvelables et de solutions novatrices telles que le stockage dans des batteries et les véhicules électriques. Bien que nouvelle, l’industrie indienne connaît un rattrapage certain dans des secteurs comme l’intelligence artificielle et la robotique, ainsi que sur le plan des mesures d’amélioration de l’efficacité et de la productivité. Le Canada compte des technologies et des produits novateurs qui pourraient être exportés en Inde.
  3. Qu’est-ce qui distingue l’Inde des autres marchés en croissance?
    La Caisse a choisi de mettre l’accent sur les marchés en croissance qui présentent des occasions d’établir des partenariats à long terme et de générer des rendements attrayants. L’Inde constitue une occasion unique, puisqu’il s’agit d’un marché important en forte croissance avec des bases économiques solides. C’est un État de droit doté d’un gouvernement démocratique, élu tous les cinq ans. Ses données démographiques sont favorables; 60 % de sa population a moins de 35 ans. La classe moyenne indienne connaît un essor important. Elle est de taille équivalente à la classe moyenne des États-Unis ou de l’Europe avec des revenus disponibles en hausse. Plusieurs services de base, tels que les services bancaires, les soins de santé, l’électricité et la téléphonie rurale demeurent à conquérir. L’Inde compte une importante classe entrepreneuriale qui possède la capacité de créer des entreprises d’envergure mondiale. Par exemple, la numérisation au moyen d’un système d’identification biométrique unique qui saisit l’image de plus d’un milliard de personnes offre à l’Inde l’occasion d’accélérer son développement et d’utiliser la technologie pour mettre sur pied de grandes entreprises. La Caisse est partenaire avec un nombre grandissant de partenaires en Inde et espère contribuer à bâtir ces entreprises tout en générant des rendements attrayants grâce à la forte demande de services dans plusieurs secteurs.
  4. Que conseilleriez-vous à un entrepreneur qui souhaite réussir en Inde?
    L’Inde est un pays vaste, et chaque région comprend ses propres caractéristiques uniques. On se doit d’être prudent pour sélectionner le micromarché idéal et la stratégie de marketing à adopter. La Caisse collabore toujours avec des partenaires en Inde. Il est primordial de choisir un partenaire dont les intérêts concordent avec les nôtres afin de bien comprendre la région, les politiques, les lois, les différences culturelles et d’autres aspects essentiels à la réussite des entreprises que nous bâtissons.
  5. Quelle est la vision de la Caisse en Inde en matière d’investissements?
    L’Inde est un des cinq marchés en croissance que la Caisse priorise et est au cœur de sa stratégie d’investissement pour les prochaines années. La Caisse cherche à participer à la croissance du pays en tissant des partenariats à long terme avec des entreprises qui créent de la valeur pour leurs actionnaires.

Avec la valeur ajoutée de son réseau et ses bureaux dans neuf pays, la Caisse vous offre des solutions concrètes pour passer à l’action et déployer votre offre d’affaires sur les marchés internationaux.

 

HAUT

false
false
false

 

#

true
false
true
false
Carte du centre-ville de Montréal.
false

Projets d'impact

Le plan d’Ivanhoé Cambridge pour le centre-ville de Montréal

false
false
true

En 2013, Ivanhoé Cambridge, la filiale immobilière de la Caisse, a acquis la participation de 50 % qu’AIMco détenait dans Place Ville Marie et est ainsi devenue l’unique propriétaire du complexe qui venait de souffler ses 50 bougies et dont elle comptait faire le cœur de son plan pour revitaliser le centre-ville de Montréal. Ce plan prévoit des investissements d’un milliard de dollars dans différents projets d’ici 2020.

Le plan d’Ivanhoé Cambridge met l’accent sur les actifs déjà en exploitation qui sont devenus des emblèmes du patrimoine immobilier d’affaires montréalais, mais qui, ayant pris de l’âge, requièrent des capitaux importants pour continuer de figurer parmi les plus convoités de la métropole

À titre de propriétaire d’immeubles phares comme le Centre Eaton, Place Ville Marie et l’hôtel Fairmont Le Reine Élizabeth, Ivanhoé Cambridge a mis en œuvre différents projets de revitalisation qui lui ont permis de s’associer avec des partenaires montréalais ayant une expertise unique. Ivanhoé Cambridge souhaite miser sur la complémentarité de l’offre commerciale de ces propriétés, tout en stimulant la vitalité urbaine du centre-ville si chère aux Montréalais.

Place Ville Marie et son Esplanade
Place Ville Marie est un immeuble de 3,4 millions de pieds carrés situé en plein cœur du centre-ville de Montréal. Après avoir acquis la participation d’AIMco dans Place Ville Marie, Ivanhoé Cambridge a injecté près de 100 M$ dans des travaux de mise à niveau, lesquels lui ont d’ailleurs valu une certification LEED Argent en 2015.

En 2017, Ivanhoé Cambridge va amorcer un nouveau projet de redéveloppement de son Esplanade ainsi que d’autres travaux de revitalisation, pour un investissement total de 200 M$. S’inspirant de la vision initiale des architectes I.M Pei et Henry Cobb, Ivanhoé Cambridge entend poursuivre leur œuvre pour faire de l’Esplanade un véritable lieu de rencontre urbain, digne des grandes métropoles du monde.

Maison Manuvie
Érigée à l’angle des rues de Maisonneuve Ouest et Mansfield, Maison Manuvie introduit un nouveau standard d’efficacité pour les espaces de bureaux. Sa construction représente un investissement de plus de 220 M$ de la part d’Ivanhoé Cambridge et de son partenaire Manuvie, qui en fera son siège canadien. L’immeuble a déjà accueilli ses premiers occupants et sera inauguré officiellement en novembre 2017.

L’hôtel Fairmont Le Reine Elizabeth
Entièrement repensé comme un campus d’affaires novateur, l’hôtel Fairmont Le Reine Elizabeth a subi une transformation complète. L’investissement de plus de 140 M$ permet au plus important hôtel canadien à l’est de Toronto de devenir le nouveau lieu de réunion des gens d’affaires d’ici et d’ailleurs. L’endroit propose de nouvelles destinations gastronomiques et sociales donnant sur la rue Mansfield et le boulevard René-Lévesque, qui deviendront rapidement des lieux hautement prisés des Montréalais. De plus, l’Espace C2, une salle bénéficiant d’une technologie de fine pointe, et pouvant accueillir jusqu’à 220 invités pour des réunions d’affaires et des événements, sera inaugurée sur le toit de l’hôtel d’ici la fin de l’année 2017.

false
false
true
false
Vue extérieure et intérieure de la Place Ville-Marie.
false

Centre Eaton de Montréal et Complexe Les Ailes
Le Centre Eaton de Montréal et le Complexe Les Ailes, qui représentent à eux deux 175 magasins et plus de 30 millions de visiteurs par année, constituent des destinations commerciales phares au pays.

La revitalisation de ces centres commerciaux de premier plan contribuera au dynamisme de la métropole et à continuer de faire du centre-ville une destination de choix.

false
false
false

HAUT

false
false
false

 

#

false
false
true
false
Carte du Québec. Données internet, vidéo et téléphonie.
false

Profondeur d'expertise

Assurer sa croissance par fusion et acquisition à l’international

false
false
false

Que ce soit aux États-Unis ou dans les marchés en croissance, il y a des occasions d’affaires à saisir à l’international pour accélérer la croissance de votre entreprise. Depuis deux ans, c’est près d'une cinquantaine d'acquisitions que la Caisse a effectuée avec les entreprises dont elle est partenaire. Coup d’œil sur une acquisition structurante réalisée au cours des derniers mois.

L’histoire de Cogeco Communications

8e câblodistributeur en importance en Amérique du Nord, Cogeco Communications exerce ses activités canadiennes sous le nom de Cogeco Connexion au Québec et en Ontario et ses activités américaines sous le nom d’Atlantic Broadband. Cogeco Communications inc. fournit à sa clientèle résidentielle et d’affaires des services de vidéo, d’Internet et de téléphonie au moyen de ses réseaux de fibres bidirectionnels à large bande. Par l’intermédiaire de sa filiale Cogeco Peer 1, Cogeco Communications inc. fournit à sa clientèle commerciale une gamme de services de technologies de l’information grâce à ses 16 centres de données, à son vaste réseau FastFiber NetworkMD et à plus de 50 points de présence en Amérique du Nord et en Europe.

Le 10 juillet dernier, Cogeco Communications annonçait que sa filiale Atlantic Broadband concluait un accord définitif avec Harron Communications, L.P. pour acquérir tous ses systèmes de câblodistribution exploités sous le nom de MetroCast, une transaction de 1,4 milliard $ US qui en fait l’acquisition la plus importante de son histoire. Pour appuyer la transaction, la Caisse s’est engagée à investir 315 millions $ US pour une participation de 21 % dans la société Atlantic Broadband. Cet investissement s’inscrit dans le Fonds Croissance CDPQ qui a été créé au début 2017 et vise à appuyer les sociétés québécoises qui souhaitent poursuivre leur croissance par des projets d’expansion à l’international.

Grâce à cette transaction, Cogeco Communications peut maintenant rejoindre près de 835 000 foyers et entreprises dans 11 États de la côte Est Américaine et desservir environ 385 000 clients d’Internet, 315 000 clients vidéo et 135 000 clients de téléphonie.

En investissant directement dans la filiale américaine de Cogeco, la Caisse a pu appuyer une entreprise du Québec dans sa croissance internationale tout en s’assurant de bénéficier de la qualité de l’actif d’Atlantic Broadband qui possède un positionnement concurrentiel très avantageux.

En plus de son appui financier à la transaction, l’équipe Placements privés, Québec, de la Caisse, et tout particulièrement Justin Méthot, vice-président, investissement, Grandes entreprises et Jacques Marchand, directeur, investissement, ainsi que Jean-François Jolicoeur, analyste principal, recherche, ont accompagné Cogeco dans son acquisition en la faisant bénéficier de leur connaissance du secteur.

Cet investissement de la Caisse dans Cogeco porte à 527M$ US les montants investis depuis 2013, année qui marque le début du partenariat entre la Caisse et l’entreprise, lorsque notre équipe Revenu Fixe avait participé au financement qui visait l’acquisition de la compagnie PEER 1 Network Enterprises de Vancouver.

false
false
false

HAUT

false
false
false
false
Équipe Placements privés.
false