Communiqué Indice entrepreneurial québécois 2020

La pandémie a ralenti les projets entrepreneuriaux, mais la relève se met en place et les PME québécoises s’adaptent

Entrepreneuriat, Québec Montréal,
partager

Les jeunes, les femmes et les immigrants sont particulièrement dynamiques

Réseau Mentorat dévoilait aujourd’hui l’Indice entrepreneurial québécois 2020 présenté par le ministère de l’Économie et de l’Innovation du Québec, une référence incontournable depuis 2009 en matière de mesure de l’entrepreneuriat au Québec. Cette année, l’Indice revêt un caractère particulier puisqu’il présente le portrait comparatif le plus complet d’avant et pendant la pandémie, pour comprendre les effets de la crise sur les PME québécoises ainsi que sur le futur entrepreneurial québécois. Selon les résultats de l’Indice, l’entrepreneuriat québécois apparaît globalement ralenti face à l’ampleur de la crise, mais la nouvelle génération d’entrepreneurs se met en place, tandis que les PME québécoises gardent le cap et s’adaptent aux réalités économiques. 

Pour les entreprises déjà établies, 83 % des propriétaires considèrent que leur entreprise n’est pas à risque de fermeture, même si 47 % d’entre eux admettent que la pandémie a fragilisé leur organisation. De plus, près de 69 % des propriétaires ont adapté à divers degrés leur modèle d’affaires pour s’ajuster dans le contexte pandémique. Les propriétaires d’entreprise indiquent également que les mesures de soutien gouvernementales et les allègements fiscaux ont nettement contribué au maintien de leurs activités. Enfin, 76 % des propriétaires souhaitent innover d’une manière ou d’une autre (70 % en 2019), l’accompagnement par des entrepreneurs d’expérience apparaissant comme la forme de soutien prioritaire.

L’Indice révèle aussi que la crise a eu un effet sur l’enthousiasme entrepreneurial des Québécois puisque les taux d’intentions et de démarches (pour créer ou reprendre une entreprise) ont baissé à leur plus bas niveau depuis 2013, surtout auprès des groupes de 35-49 ans et de 50-64 ans. Par contre, les jeunes tout particulièrement, mais aussi les femmes et les immigrants, ont permis de maintenir ces taux à un niveau qui ne laisse pas craindre pour le futur entrepreneurial du Québec, 

L’Indice révèle également plus de mouvements sectoriels, par exemple, le secteur de la construction a reculé à toutes les étapes de la chaîne tout comme celui des arts, spectacles et loisirs (et les services, professionnels et autres, et ce, particulièrement à l’étape des fermetures). En revanche, celui de l’agriculture, foresterie, pêche et chasse montre une croissance remarquable.

L’Indice – Données additionnelles en bref

  • Rajeunissement de la chaîne entrepreneuriale : le taux d’intentions s’établit à 34,6 % pour les 18 à 34 ans (30,8 % en 2019) et celui des démarches à 14,9 % (12,5 % en 2019). 17,6 % des personnes en démarches sont aux études;
  • La parité entrepreneuriale progresse : parmi les nouveaux entrepreneurs (en activité depuis moins d’un an), 17,3 % sont des femmes contre 10 % qui sont des hommes (2019 : respectivement 10,0 % et 9,0 %);
  • Comme pour 2019, les immigrants ont les taux d’intention et de démarches les plus élevés (quasiment le double par rapport aux personnes natives);
  • Les pertes d’emploi ont toutefois propulsé davantage de personnes vers l’entrepreneuriat (jeunes, femmes et immigrants);
  • Les incertitudes de la crise pandémique ont réduit l’attrait de l’entrepreneuriat comme premier choix de carrière, particulièrement chez les groupes plus âgés, mais il demeure toujours le métier optimal pour près d’un tiers des répondants.
  • Enfin, les porteurs de projets (intentions et démarches) semblent avoir vécu davantage de stress que les propriétaires d’entreprise. Une situation encore plus complexe, considérant que l’identité d’entrepreneur de ces personnes est souvent en pleine construction et qu’elles n’ont pas encore d’équipe ou de réseau pour les soutenir. 

Pour en savoir plus sur l’Indice entrepreneurial québécois 2020 et télécharger le rapport : https://indiceentrepreneurialqc.com/rapports/indice-2020/ 

Des partenaires clés de l’écosystème entrepreneurial

L’Indice entrepreneurial québécois 2020 du Réseau Mentorat est présenté par le ministère de l’Économie et de l’Innovation du Québec ainsi que par les partenaires majeurs suivants : Anges Québec, Banque Nationale, la CDPQ et l’Ordre des CPA du Québec. L’Indice est réalisé en partenariat avec l’Institut d’entrepreneuriat Banque Nationale | HEC Montréal et Léger. 

L’Indice peut aussi compter sur les partenaires collaborateurs suivants : Centre de transfert d'entreprise du Québec, École des entrepreneurs du Québec, Entreprendre ICI, Femmessor, Groupe 3737, Groupement des chefs, HEC Montréal, OSEntreprendre, le Portail de connaissances pour les femmes en entrepreneuriat, Réseau des femmes d'affaires du Québec, Ville de Québec, ainsi que la Ville de Montréal.

Citations

false
false
false

« L’une des données qui m’a fait plaisir à voir dans l’Indice entrepreneurial québécois 2020, c’est l’évolution marquée des femmes à la tête des entreprises québécoises. Les femmes, les jeunes et les immigrants représentent une force entrepreneuriale en croissance, dans toutes les régions du Québec, et le gouvernement est toujours présent pour soutenir leur essor. Nous continuons également de moduler nos interventions auprès des gens d’affaires afin de répondre le plus efficacement possible à leurs besoins dans la période de relance. »

-Lucie Lecours, ministre déléguée à l’Économie

false
false
Pleine largeur
false

« Nous sommes fiers de dévoiler l’Indice entrepreneurial québécois 2020. Bien que les entrepreneurs aient été mis à rude épreuve en 2020, il est réjouissant de constater que l’intérêt pour l’entrepreneuriat demeure toujours présent. Notre défi, à tous, est de continuer à soutenir nos chefs d’entreprise actifs, tout en nous assurant d’une forte relève. »

-Pierre Duhamel, directeur général, Réseau Mentorat

false
false
Pleine largeur
false

« C’est admirable de voir que plusieurs ont encore l’envie et la détermination de démarrer une entreprise. Je crois que la relance économique passera notamment par des entrepreneurs technologiques qui bâtiront des modèles d’affaires innovants, qui en retour transformeront notre société pour le mieux. »

-Geneviève Tanguay, présidente-directrice générale, Anges Québec

false
false
Pleine largeur
false

« Les résultats de l’Indice démontrent que les PME québécoises font preuve de résilience malgré le contexte actuel. Nous sommes également ravis de constater l’effervescence entrepreneuriale chez les jeunes, les femmes et les immigrants, ce qui est de bon augure pour la relève d’affaires du Québec. À la Banque Nationale, l’accompagnement de nos entrepreneurs a toujours été une priorité et nous continuerons de fournir des conseils adaptés à chaque situation. »

-Stéphane Achard, premier vice-président à la direction, Entreprises et Assurances, Banque Nationale

false
false
Pleine largeur
false

« La CDPQ est fière de participer au rayonnement de l’entrepreneuriat québécois. Les plus récentes données de l’Indice soulignent d’ailleurs que la crise a permis de mieux reconnaître l’importance de l’entrepreneuriat pour le développement local et la prospérité des régions. Il est inspirant de constater qu’aujourd’hui le Québec peut compter sur un bassin de jeunes motivés par l’intention d’entreprendre et par une réserve entrepreneuriale diversifiée pour développer les entreprises de demain. » 

-Ani Castonguay, première vice-présidente Affaires publiques, CDPQ

false
false
Pleine largeur
false

« Parce que les CPA se tiennent aux côtés des chefs d’entreprise à toutes les étapes de la chaîne entrepreneuriale, il est tout naturel de les associer au dévoilement de l’Indice entrepreneurial québécois. Dans cette période charnière où la relance se prépare, celles et ceux qui ont envie de bâtir quelque chose de plus grand qu’eux peuvent compter sur l’expertise des 40 000 CPA du Québec. »

-Geneviève Mottard, CPA, CA, présidente et chef de la direction, Ordre des CPA du Québec

false
false
Pleine largeur
false

« Il faut se réjouir que nous puissions, malgré le contexte de la crise, compter sur une relève entrepreneuriale portée par la diversité. Comme acteurs de l’écosystème entrepreneurial québécois, nous devons faire une analyse des facteurs qui ont favorisé l’entrepreneuriat féminin pour les maintenir et réfléchir à ce qu’on peut faire pour mieux soutenir l’entrepreneuriat immigrant. Profitons de la relance économique pour bâtir un écosystème plus inclusif, continuons à bâtir un Québec INCL. » 

-Luis Cisneros,
Professeur titulaire du département de l’entrepreneuriat et l’innovation à HEC
 Montréal
Directeur académique de la base entrepreneuriale
Directeur scientifique de l’Institut d’entrepreneuriat Banque Nationale - HEC
 Montréal 

false
false
Pleine largeur
false

« Les Québécois sont passés, en dix ans, de derniers au Canada en termes d’intentions de lancer une nouvelle entreprise, au peloton de tête aujourd'hui. Ce qui est encore plus extraordinaire, c’est que cette montée est principalement propulsée par les milléniaux, les immigrants et les femmes. »

-Jean-Marc Léger, président, Léger 

false
false
Pleine largeur
false

Méthodologie de l’étude

L’Indice 2020 est composé d’un sondage Web (volet A) mené par Léger du 1er au 27 décembre 2020 au sein de la population auprès d’environ 15 000 Québécois pour déterminer la grande chaîne entrepreneuriale (grands taux d’intentions, démarches, propriétaires, fermetures et personnes qui ne sont pas dans le processus entrepreneurial). De ce nombre, 5 344 ont répondu au questionnaire complet (dont 648 à l’étape des propriétaires). Pour un échantillon probabiliste de la même taille, la marge d’erreur aurait été de ± 1,3 %, 19 fois sur 20. À l'aide des plus récentes données de Statistique Canada, les résultats ont été pondérés selon le sexe, l’âge, les régions, la langue maternelle, le fait d’être un immigrant ou non, ainsi que selon les incidences obtenues pour chaque indicateur de l’entrepreneuriat, et ce, afin de rendre l’échantillon représentatif de la population adulte du Québec.

L’Indice 2020, c’est aussi 13 partenaires collaborateurs qui ont lancé le sondage dans leurs réseaux respectifs (voir liste ci-dessus, incluant Anges Québec et le Réseau Mentorat). Ces partenaires œuvrent, selon leurs missions respectives, à mettre en réseau les entrepreneurs, à les informer, les outiller, parfois les financer, et les accompagner. Ce volet du sondage (volet B) mené du 10 décembre 2020 au 20 janvier 2021 a permis de cueillir 918 répondants additionnels, tous propriétaires d’entreprise. Il s’attarde davantage aux considérations stratégiques/managériales et aux impacts spécifiques de la pandémie sur les propriétaires d’entreprises. 

false
false
false

À propos du Réseau Mentorat

Le Réseau Mentorat se dédie au développement du plein potentiel des entrepreneurs par le mentorat. En collaboration avec des partenaires, nous créons des relations d’accompagnement durables basées sur l’écoute et le partage, à travers le Québec et la francophonie. Nous croyons que la croissance des entreprises passe avant tout par le mieux-être de celles et ceux qui les dirigent. Grâce au mentorat, nous aidons les entrepreneurs à trouver le soutien nécessaire à leur épanouissement pour qu’ils puissent contribuer pleinement à l’essor économique de leur région. Au Québec, le Réseau Mentorat compte sur l’appui majeur du ministère de l’Économie et de l’Innovation, de la Banque Nationale, de Québecor et de Desjardins, ainsi que sur des partenaires de premier plan, notamment : Air France, Barreau du Québec, Cascades, Cogeco, Développement économique Canada, Développement économique Laval, Fonds de solidarité FTQ, Hydro-Québec, Intact Assurance, Léger, RBC Banque Royale et Secrétariat à la jeunesse du Québec. www.reseaumentorat.com

- 30 -

partager